top of page

La solitude du dirigeant

A l’occasion des dix ans de mon activité de coaching, je me suis livrée à un exercice de synthèse. « Qu‘est-ce qui incite les dirigeants à me consulter ? Que viennent-ils chercher finalement ? ». Le premier réflexe est de se dire qu’ils viennent pour « trouver des solutions ». Mais alors, pourquoi un coach et pas le conjoint, les proches, les salariés ou des pairs ? Voici quelques réflexions qui me semblent intéressantes à partager. Qu’en pensez-vous ?


Crédit photo : Taylor Sandra



L’entrepreneur ou le dirigeant est souvent très sollicité, entouré, il est pris par mille questions au quotidien, avec de très nombreuses interactions. Il décide et agit. Il guide, il impulse, il dirige, il oriente, il coach, il règle les sujets les uns après les autres etc. C’est aussi ce qui est intéressant dans cette fonction, ce qui est stimulant, donne envie de soulever des montagnes, de construire, de créer etc.

Et pourtant, dans certaines situations, à certains moments, malgré le rythme, des questions surviennent, des idées, des intuitions apparaissent qui  « tournent en boucle » ou avancent et s’arrêtent et rebelotte. Cela se produit lors des périodes de transitions caractérisées par une multitudes de changements, de mouvements des personnes entrant ou sortant de l’entreprise, de situations qui deviennent moins claires, plus complexes à appréhender. Après coup, il s’avère souvent qu’une transformation du business modèle de l’entreprise s’annonce que ce soit au niveau de la valeur créée pour les clients, de la façon de délivrer cette valeur ou du revenu généré. L’environnement a bougé, les acteurs ont changé, les règles du jeu ont évolué. Tout cela par petites touches et presque sans s’en rendre compte si ce n’est par ces idées qui surgissent, ces malaises parfois ou ces observations qui se multiplient.


Dans ces situations, le dirigeant est bien en peine de trouver avec qui en parler. Le conjoint(e) ? Oui, dans une certaine mesure. Il peut soutenir, écouter … un certain temps. Et puis, soutenir ne suffit pas car il s’agit de trouver comment se forger un avis pertinent au regard de la multiplicité des facteurs à prendre en compte. Des proches ? Oui, ils ont la gentillesse d’écouter à l’occasion d’un pot, d’un dîner mais pas forcément le pouvoir d’apporter des solutions comme un entrepreneur pourrait le faire. Les salariés ? Les informations sont parfois sensibles et cela peut générer de l’anxiété de voir le « patron » avec ses doutes et ses questionnements. Les pairs ? Oui, dans le cadre du club de dirigeant local ou avec un associé, certains sujets peuvent être abordés, mais quand il s’agit de sujets plus sensibles, les enjeux de statut, de concurrence des activités, de réputation ou d’image freinent les possibilités de s’ouvrir complètement.


Pas simple en effet de trouver une personne ressource, de confiance à qui parler des sujets du moment, qui en comprend le sens ou les enjeux, qui sache les articuler dans leur contexte, sans jugement. Une personne à qui le dirigeant peut s’ouvrir sans soucis d’image ou de réputation. Cela par-delà une idée reçue que j’ai souvent constatée : le « patron, c’est celui qui a réponse à tout », celui qui « sait décider » ou qui « a la solution ». Certes, c’est le cas dans 95% des situations, mais c’est aussi un humain qui comme un chacun a ses doutes, ses sujets, ses émotions aussi.


Ces moments sont très riches in fine car, j’observe lors des ateliers de travail qu’un lien apparaît souvent entre les sujets mis en débat et celui ou celle qui les portent, conduisant à un nouveau développement du leadership et à un contact renforcé avec la puissance de la personne. Mes clients apprécient l’espace ainsi offert pour prendre du recul, poser leurs doutes, les sujets, les débattre et finalement, changer de lunettes pour les considérer autrement. Ils s’ouvrent ainsi des latitudes pour décider et agir en autonomie et selon les responsabilités qui leur incombent.


Comme vous l’aurez compris à la lecture de ce post, je n’offre pas de solutions toutes faites car le trésor est là, quelque part en chacun de mes clients et c’est ce qui se produit dans tous les cas. Cela fonde et renforce ma conviction totale dans le fait que la personne arrive avec son enjeu et même sa solution, sauf qu’elle ne le sait pas toujours. Avec simplicité et authenticité, je prends mon bâton de pèlerin et chemine aux cotés de la personne consciente de tout cela et confiante dans le fait que le résultat ou la solution finira par lui apparaître. Rencontrer des décideurs « perdus » dans leurs réflexions, les aider à trouver « le bon cheminement » et constater qu’ils sont « arrivés à bon port » est, finalement, ce qui m’enchante le plus dans mon métier


Envie ou besoin d’échanger sur vos questionnements du moment ?

Prenons un rendez-vous découverte de 30 min pour voir si je peux vous aider.


Crédit photo : Taylor Sandra






Comments


bottom of page